Le tournoi

Histoire

The Evian Championship a su construire sa propre histoire, patiemment au fil des années, pour devenir unique et offrir le parfait équilibre entre tradition et innovation dans le respect de l’étiquette. Fort d’un soutien jamais démenti du Club des Sponsors, des joueuses, du public, des bénévoles... et fier de son histoire, The Evian Championship trouve aussi sa légitimité au regard de son palmarès et des championnes qui le composent.

1994

Avec l’aide de la directrice du golf de l’époque, Valérie Pamard, la création de l’Evian Masters par Antoine et Franck Riboud s’inscrit dans une réelle volonté de «se battre pour le golf féminin, de lancer un évènement où les joueuses pouvaient faire leur job dans les meilleures conditions». 

Antoine et Franck Riboud avaient rêvé d’offrir un tremplin pour les championnes. L’Evian Masters fut lancé sur le circuit européen avec la promesse d’une dotation croissante. Du cadre magnifique émerge une gagnante magnifique en la personne d’Helen Alfredsson, la Suédoise haute en couleurs, explosive et glamour. La dotation de 232 500£ est immédiatement la deuxième plus élevée du Circuit Européen Féminin. Alfredsson signe des birdies sur les trous 11, 13, 17 et 18 pour un dernier tour en 70 ; deux sous le par et un total de 287, un en dessous. Elle termine avec trois coups d’avance sur l’Anglaise Lora Fairclough et l’Australienne Sarah Gautrey.

J’étais émue et fière d’être la première gagnante d’un événement particulier qui a grandi en importance et en prestige.
Helen Alfredsson

1995


Au milieu des années 90, la brillante Laura Davies est au sommet de son art. 

Elle laisse tout le monde loin derrière dans sa course vers une victoire impressionnante lors du deuxième Evian Masters. Audacieuse, l’Anglaise réalise quatre tours de 68, 67, 69 et 67 pour un total de 271, 17 sous le par. Elle termine avec cinq coups d’avance sur Annika Sörenstam. 

Davies, tombe amoureuse de l’Evian Masters dont elle perçoit tout le potentiel et la capacité à devenir un grand événement international. « Je n’ai jamais aussi bien joué au golf cette année », dit-elle, « et j’ai atteint mon premier objectif de l’année en gagnant des deux côtés de l’Atlantique ».

J’avais pour objectif de gagner les deux côtés de l’Atlantique cette année et j’étais plus qu’heureuse de satisfaire mon ambition en gagnant l’un de nos grands tournois.
Laura Davies

1996

Laura Davies conserve son titre avec brio, écartant toutes ses adversaires avec des tours de 72, 69, 65, 68 pour un total de 274, 14 sous le par. Davies enchaîne les birdies sur les deux derniers trous pour gagner avec quatre coups d’avance sur la Suédoise Carin Koch, Helen Alfredsson se classant troisième avec 279. 

Amatrice de football, Davies avait installé une petite télévision dans son sac de golf afin de suivre les exploits de l’Angleterre dans le Championnat de Football Européen. 

L'année 1996 marque aussi la création du Club des Sponsors.

J’étais enchantée de jouer si bien et j’espère que les sponsors m’ont pardonnée d’avoir mis une petite télévision dans mon sac pour garder un œil sur l’Angleterre lors du Championnat Européen (de Football).
Laura Davies

1997

Hiromi Kabayashi bat l’anglaise Alison Nicholas à l’issue du premier trou de play-off après une égalité à 274, 14 sous le par, et devient la première championne japonaise. 

Après un duel intense, Kobayashi rejoint Nicholas grâce à un birdie sur le dernier trou. La paire termine les 4 trous réglementaires avec six coups d’avance sur la célèbre Française Marie-Laure de Lorenzi.

 Le duo repart alors en play-off sur le 18. Kobayashi signe un eagle alors que Nicholas échoue dans un bunker et remporte le chèque de 63 750£.

Etre la première Japonaise à remporter ce merveilleux événement et gagner avec un eagle lors du play-off m’a rendue fière et heureuse. Merci. 
Hiromi Kobayashi

1998


L’Evian Masters augmente le montant de sa dotation à un demi-million de livres sterling, attirant encore plus de grandes joueuses pour le premier événement du Tour Européen 1998. Toujours tournoi n°1 en Europe continentale, l’Evian Masters devient l’un des 10 plus gros tournois du monde. 

Helen Alfredsson remporte un second trophée avec un dernier tour magique de 65, sept sous le par, laissant sa compatriote suédoise Maria Hjorth loin derrière.

Alors qu’Alfredsson termine en 277, 11 sous le par, Hjorth se hisse à la 2e place, quatre coups devant le duo anglais formé par Trish Johnson et Alison Nicholas qui partagent, elles, la troisième marche du podium. 
Côté détente, 1998 marque la création du tournoi de football des cadets.

Etudiée en compagnie des joueuses depuis 1995, la fameuse cascade du trou N°18 est créée fin 1998.

Après avoir été longtemps blessée, c’était un plaisir de bien jouer à nouveau. Et il n’y a pas beaucoup de choses plus appréciables que jouer et gagner à Evian.  
Helen Alfredsson

1999


Lors d’un finish tendu, tout en suspense, Catrin Nilsmark offre un nouvel Evian Masters à la Suède en devançant Laura Davies de deux coups. 

Toujours élégante, Nilsmark entame son dernier tour avec sept birdies lors des 13 premiers trous. C’est pourtant une Suédoise nerveuse qui mène de deux coups devant Davies en arrivant sur le dernier trou, mais une Suédoise soulagée qui voit Davies rater un putt pour eagle qui lui aurait permis d’égaliser.


Les tours en 69, 70, 72 et 68 de Nilsmark, pour un total de 279 (-9), lui permettent de remporter 100 800£, soit la plus grosse dotation jamais remportée en Europe.

Je suis venue de loin pour battre Laura (Davies), et cela a rendu ma victoire encore plus mémorable. Mon jeu mental s’est tellement amélioré depuis la naissance de ma fille Tuva.
Catrin Nilsmark

2000

 

Grandes innovations : la dotation est portée à un million de Livres et le tournoi est co-sanctionné pour la première fois par le circuit américain. Le chèque de 177 433£ pour la vainqueur est le plus gros de toute l’histoire de la compétition féminine. Le final est à la hauteur de l’événement : un play-off entre les deux meilleures joueuses du monde à égalité à 276 (-12).

L’Australienne Karrie Webb,  alors n°1 mondiale à la place d’Annika Sörenstam, doit se contenter cette fois-ci de la deuxième position. Avec un eagle lors du premier trou de play-off, Sörenstam s’impose pour le premier Evian Masters du nouveau millénaire. « Mon cœur a battu fort toute la journée » a déclaré Sörenstam. « J’étais très nerveuse, mes mains étaient moites, je parlais vite, je marchais vite mais mon caddie me rappelait sans cesse de respirer, respirer».

C’était difficile de maîtriser mes nerfs. Je parlais vite, je marchais vite mais mon caddie me rappelait sans cesse de respirer, respirer. Quel finish mémorable ! Etre au coude à coude avec les meilleures joueuses du monde jusqu’à la fin valait vraiment le coup. 
Annika Sörenstam

2001



La huitième édition de l’Evian Masters porte sa dotation à 1,5 millions de livres sterling, la plus élevée d’Europe. Rachel Teske (née Hetherington), originaire du Queensland, est la première Australienne à remporter le titre, après une lutte de titans avec la Suédoise Maria Hjorth.
A égalité à 11 coups sous le par après trois tours, la paire bataille jusqu’au dernier trou. La Suédoise, en retrait après avoir raté un putt de 60 cm pour le par au 17, manque un putt de près de 8 mètres pour eagle au 18. Teske, elle dans un bunker en deux coups, rentre un putt de 8 mètres pour remporter le tournoi sur un 68 contre 69 pour Hjorth. L’américaine Beth Daniel termine troisième.

J’étais enthousiaste. Je ne pouvais pas le croire car cela faisait deux ans que je n’avais pas gagné. Faire un birdie sur le derner trou était une bonne façon de terminer ». Rachel Hetherington

2002


Annika Sörenstam, de loin la meilleure joueuse de golf du monde, affiche une forme olympique lorsqu’elle remporte son deuxième Evian Masters avec un total de 269,19 sous le par.

La Sud-Coréenne Mi Hyun Kim se classe quatre coups derrière, partageant la deuxième place avec Maria Hjorth, la compatriote suédoise de Sörenstam qui termine, elle, sur un incroyable 64.

« Je vais continuer à m’améliorer » déclare Sörenstam, annonçant une nouvelle saison de records avec 13 victoires. « je joue mieux, je frappe mieux la balle et je rentre plus de putts ».

« Mon objectif était de gagner ici pour de nombreuses raisons », ajoute-t-elle. « J’adore cet événement. C’est le Masters au féminin. Un événement de tout premier plan avec un champ de joueuses de première classe. Je ne pouvais pas me sentir mieux. »

J’adore cet événement. C’est le Masters au féminin. Un événement de tout premier plan avec un champ de joueuses de première classe. Je ne pouvais pas me sentir mieux.
Annika Sörenstam

2003


La 10e édition de l’Evian Masters trouve un nouveau créneau prestigieux dans le calendrier, avec une date en juillet, une semaine avant le British Open féminin. Juli Inkster fête son 23e anniversaire de mariage par une large victoire, avec 6 coups d’avance, en 267, 21 sous le par, record du tournoi. Elle devient également la première Américaine à soulever le trophée.

Hee-Won Han, de Corée du Sud, se classe deuxième, avec deux coups d’avance sur la Mexicaine Lorena Ochoa et l’Américaine Rosie Jones.

« Ce fut difficile de s’imposer car il y avait beaucoup de joueuses en course » déclare Inkster. « Mais j’ai réussi à prendre un peu d’avance et j’ai pris beaucoup de plaisir sur les neuf derniers trous. J’ai eu la cha nce de m’imprégner de l’atmosphère ».

Ce fut un honneur de devenir la première Américaine à remporter l’événement, qui plus est le jour de mon anniversaire de mariage. J’ai su m’imprégner de l’atmosphère et je me suis beaucoup amusée. Juli Inkster

2004


Le parcours de l’Evian Masters célèbre son centenaire ; Michelle Wie, une joueuse amateur de 14 ans, fait son unique apparition de l’année parmi les professionnels en Europe et la dotation augmente à 2,5 millions de dollars. 

Un mélange explosif ! Au cœur de toute l’attention suscitée par l’arrivée de Wie, une Australienne de 35 ans joue la partie de sa vie pour arracher le titre.

Wendy Doolan s’impose d’un coup devant Annika Sörenstam, se propulsant en tête grâce à un parcours incroyable, de ce que l’on voit peut-être une fois en 100 ans. 

Lors du dernier tour, Doolan entame sa séquence de rêve au 6 enchaînant avec birdie, eagle, birdie, eagle, birdie. « J’ai été un peu surprise lorsque j’ai vu Wendy à 17 en dessous », confesse Sörenstam.

« Je savais que je pouvais faire beaucoup de birdies », déclaire Doolan. « J’en garderai un merveilleux souvenir pendant longtemps ».

Je suis reconnaissante d’avoir eu l’opportunité de remporter l’Evian Masters. Je chérirai toujours les paysages spectaculaires d’Evian en France. Wendy Doolan 

2005


L’année des adolescents terribles ! Alors que Paula Creamer devient la plus jeune gagnante de l’Evian Masters, Michelle Wie, comme en 2004, enchante le public avec son mélange de style et de panache.

Surnommée la Panthère Rose (Creamer adore le rose), l’Américaine a tout juste 18 ans lorsqu’elle remporte la dotation de 375 000 dollars prévue pour la vainqueur, qui en fait une adolescente millionnaire dès sa première saison chez les professionnelles. 

Wie, joueuse amateur très prometteuse âgée de 15 ans seulement, se classe deuxième à huit coups. Lorena Ochoa, la pétillante Mexicaine, termine troisième. 

Creamer se dit enchantée d’une aussi large victoire, sur un parcours d’une telle qualité. Elle reconnaît : « J’étais très nerveuse au début. Les meilleures joueuses du monde étaient présentes et il était difficile d’imaginer que je pouvais aller si loin en les devançant ».

Arriver au dernier tee avec une avance de huit coups dimanche après-midi a rendu mon parcours vers le 18 plus qu'agréable ! J'ai pu m'imprégner de l'incroyable beauté de l'Evian Masters Golf Club que j'ai découvert cette semaine puisque 2005 est ma première année sur le Tour. J'espère reproduire de tels souvenirs d'Evian pendant de nombreuses années. 
Paula Creamer

2006


Karrie Webb: It was a real thrill to win the Evian Masters at last and I was verToujours précurseur, l’Evian Masters devient l’un des premiers tournois à inclure le nouveau Rolex Rankings dans ses critères de sélection. L’Evian Masters Training Center est inauguré en 2006, un concept de pointe permettant aux joueuses de s’entraîner. La dotation, d’un montant record de 3 millions de dollars, est exceptionnelle. 

Michelle Wie, âgée de 16 ans, joue à Evian pour la première fois en tant que professionnelle. La jeune Américaine est rapidement confrontrée à l’ancienne génération représentée avec brio par Karrie Webb et Laura Davies.

A la fin, Webb triomphe d’un coup, laissant Davies et Wie à égalité à la seconde place. C’est la première victoire de l’Australienne à l’Evian Masters. Une victoire qui marque son retour en force très apprécié et sa progression dans le Rolex Rankings.

Webb résume : « Je suis vraiment transportée de joie ».

C’était une vraie joie de remporter enfin l’Evian masters et j’étais très fière de la façon dont j’ai su garder mon calme pour tenir Michelle (Wie) et Laura (Davies) à distance. Karrie Webb

2007



L’Evian Masters change de format sportif. Après des premières années où toutes les championnes jouaient les quatre tours, le tournoi élargit son champ à 90 joueuses et introduit un cut pour la première fois.

L’Evian Masters Juniors Cup est lancé. Cette nouvelle compétition mondiale rassemblant l’élite des joueuses de moins de 14 ans est remportée par le Japon. Autre grand changement : le tour final est déplacé au dimanche, journée traditionnellement réservée au Pro-Am Rolex, le plus glamour du golf.

Pour rester au chapitre du glamour, la vainqueur de l’Evian Masters est Natalie Gulbis, une Américaine au look de pin-up et au sourire ravageur. Elle remporte sa première victoire sur le Tour à l’issue d’un play-off contre la Coréenne Jeong Jang.

Gulbis est enchantée. « Qu’est-ce que cela signifie ? », lui demande-t-on. « Combien de temps avez-vous ? » répond-elle. « C’est un tourbillon. N’était-ce pas merveilleux ? ».


C’était un tourbillon et la remise des prix était fantastique, avec des parachutistes, un drapeau américain, des paillettes d’argent virevoltant et tous mes amis étaient là. C’était fou et merveilleux. Je ne l’oublierai jamais. Natalie Gulbis

2008



Jamais une finale n’a été aussi intense que lors de cette 15e édition de l’Evian Masters où il a fallu pas moins de trois trous de play-off pour sacrer la championne. Du jamais vu ! Trois joueuses pour une couronne : Helen Alfredsson, Angela Park et Na Yeon Choi. A l’issue de cette journée incroyable, Helen Alfredsson soulève à nouveau le trophée, quinze années après sa première victoire et 10 après sa seconde. La numéro 1 mondiale Lorena Ochoa (5e), Cristie Kerr (6e), les anciennes championnes Evian Masters Paula Creamer et Juli Inkster (9e) complètent un Top 15 fortement dominé par les Coréennes qui, cette fois encore, laissent échapper un titre qui manque toujours à leur palmarès.

Les mots me manquent pour décrire ce que je ressens. Comme je l’ai dit si souvent cette semaine, ce tournoi est vraiment particulier pour moi. J’étais là en 1994 et j’ai contribué à ce qu’il avance… C’était un nouveau tournoi et nous ne savions pas comment il allait évoluer. Nous avons essayé d’amener des joueuses, d’inviter des joueuses américaines. Voilà où il est maintenant ! C’est un tournoi de golf extraordinaire. Helen Alfredsson

 

 

2009


L’Evian Masters est remporté par la japonaise Ai Miyazato, sa première victoire sur le circuit mondial. L’année 2009 marque l’expansion du golf asiatique, dont les joueuses remporteront par la suite toutes les éditions jusqu’en 2012.

Encore une édition d’une grande intensité. Becky Brewerton, Ai Miyazato, Na Yeon Choi, Sophie Gustafson ou encore In-Kyung Kim, sacrée ambassadrice Evian Masters 2009, se succèdent en haut du leaderboard au fil des 4 tours. A l’issue des 72 trous, seules Ai Miyazato et Sophie Gustafson se maintiennent en tête, devant repartir en play off pour se départager. Le birdie d’Ai Miyazato dès le 1e tour de play off lui offre le titre, 12 ans après sa compatriote Hiromi Kobayashi. Une joie immense pour la jeune joueuse de 24 ans qui ne cache pas son respect pour son ainée victorieuse : « j’ai toujours voulu réussir ce qu’elle (Kobayashi) a fait. Je la respecte énormément et suis très fière en tant que japonaise d’avoir fait comme elle. »  

J’aime vraiment venir à Evian et jouer ce prestigieux tournoi chaque année. J’ai eu une saison pleine de succès avant l’ Evian Masters 2009 mais ma victoire m’a définitivement fait prendre confiance en moi […]. Cette victoire a donné un nouvel élan à ma carrière et j’attends avec impatience de revenir défendre mon titre. Ai Miyazato

2010


L’année 2010 marque la création des LPGA Global Media Awards (remise des prix aux media Internationaux). Cette même année, le champ s’élargit : 111 joueuses contre 90 l’an dernier, se lancent à la conquête du 17e Evian Masters. L’élite mondiale représentant 22 nations. Quand la dernière partie prend le départ du 18 le dimanche, 4 joueuses se retrouvent en haut du leaderboard à -13 : l’Américaine Morgan Pressel et sa jeune compatriote Alexis Thompson, 15 ans, les Coréennes Na Yeon Choi et Jiyai Shin. Sur un ultime birdie, Jiyai Shin, 22 ans, remporte cette 17e édition et offre le 1er Evian Masters à la Corée.


Evian est une ville que j’adore et son parcours de golf est mon parcours favori et je n’oublierai jamais le plaisir que j’ai eu à jouer dans ce cadre fabuleux, sans oublier bien sûr le fait d’avoir remporté la victoire et d’avoir eu droit à cette superbe cérémonie, avec mon drapeau et mon hymne !  Je tiens vraiment à remercier toute l’équipe d’organisation du tournoi de tout mon cœur. Jiyai Shin

2011


L’année 2011 est avant tout marquée par l’annonce du passage du tournoi au statut de Majeur en 2013, par Mike Whann, directeur de la LPGA, Franck Riboud, Président de l’Evian Masters et Jacques Bungert, Directeur du tournoi.

Boostée par cette formidable annonce, l’élite du golf mondial (25 nations) a livré une superbe bataille. L’Américaine Stacy Lewis impressionne, mais un bogey sur le 16 le dernier jour ruine ses chances, ouvrant la porte à Ai Miyazato, leader depuis le 3e tour. La Japonaise conclut sans trembler pour s’offrir un deuxième sacre après l’Evian Masters 2009. 

Evian est un endroit magnifique, l’un des plus beaux endroits au monde et quel lieu fantastique pour accueillir le cinquième majeur. Karrie Webb

2012



Avant de s’envoler vers la nouvelle aventure d’un tournoi majeur, l’Evian Masters fête ses 18 ans. 18 ans de succès, d’enthousiasme, de grand golf et de convivialité entre les joueuses et tout un public, profane ou passionné. 

La finale est particulièrement intense : des eagles, un trou-en-un et six joueuses au coude à coude pour la victoire, les Asiatiques Inbee Park, Shanshan Feng et Hyo Joo Kim, les Américaines Stacy Lewis et Natalie Gulbis et l’Australienne Karrie Webb. Le titre semblait promis à Stacy Lewis, leader depuis le 1e jour. C’était sans compter sur la performance d’Inbee Park, qui, à la faveur de 8 birdies, remporte cet ultime Evian Masters. Passionnante, cette édition a mis en lumière de jeunes joueuses, l’amateur Hyo Joo Kim ou encore Cheyenne Woods et des anciennes championnes du tournoi déterminées, Karrie Webb, Natalie Gulbis ou Paula Creamer. Un clin d’œil à l’histoire, comme un symbole, à l’heure où l’Evian Masters s’apprête à entrer dans une nouvelle dimension… En route vers The Evian Championship !

Cet endroit est tout simplement magnifique, avec tout en rose. Tout se déroule si bien ici. J’aime le lac et tout le reste, j’adore cet endroit. Etre capable de bien jouer sur ce tournoi après 6 ans est vraiment agréable. Inbee Park

2013


En septembre 2013, l’Europe Continentale accueille le 1er Majeur de golf de toute son Histoire, The Evian Championship. Nouvel entrant dans la cour des Majeurs, le tournoi se dote cette même année d’un tout nouveau parcours.

Suzann Pettersen devient la première vainqueur de ce cinquième Majeur. Avec une dernière carte de 68 (-3)  pour un total de 274 (soit 10 coups sous le par), la championne norvégienne devance ainsi de deux coups l'étonnante amateur Lydia Ko, venue de Nouvelle-Zélande. L'Américaine Lexi Thompson complète le podium du dernier tournoi majeur de la saison.

Depuis la victoire européenne en Solheim Cup le mois dernier, j'ai l'impression d'être sur un nuage. Il y a d'abord eu ma deuxième victoire sur le LPGA cette année au Safeway Classic, il y a quinze jours, j'organisais la semaine dernière mon propre tournoi de charité (le Suzann Pro Challenge, à Oslo, ndlr), et maintenant The Evian Championship, mon deuxième Majeur... Je traverse actuellement la meilleure période de ma carrière. Suzann Pettersen

2014

2014, une deuxième édition de l’Evian Championship bien au-delà de toutes les attentes.

Tout a commencé le premier jour avec un magistral 61 (-10), record du parcours mais aussi score historique en Majeur. L’auteur de cet exploit ? Une jeune Coréenne de 19 ans, déjà star en Asie. Obligeant l’élite mondiale à sortir le grand jeu pour espérer remporter l’épreuve, Hyo Joo Kim jouait la prudence sur les deux tours suivants. Le dernier jour, ses poursuivantes l’obligeaient à quitter sa réserve pour un festival de golf de très haut niveau. Reprise de vitesse par Karrie Webb, championne à Evian en 2006, Kim donnait tout sur le 18 et forçait la chance en rentrant le putt de la victoire. Une autre championne pouvait se réjouir. Michelle Wie, meilleure joueuse à l’issue des cinq majeurs de la saison, recevait sur le green du 18 de l’Evian Resort Golf Club, le Rolex Annika Major Award. 

J’avais l’air un peu ailleurs à l’instant de ma victoire, mais j’avais mis toute mon énergie dans mon dernier putt ! J’étais vraiment nerveuse sur le 18, je sentais qu’il me fallait un birdie pour gagner. Je suis vraiment sur un nuage, très haut dans le ciel. Je me sens comme un birdie (petit oiseau). Le retour en Corée va être formidable. Hyo Joo Kim

2015

L’année 2015 était placée sous le signe de la jeunesse.


Et le moins que le l’on puisse dire c’est que la vainqueur fut à l’image de cette promesse. En remportant l’Evian Championship à 18 ans, 4 mois et 20 jours, la Néo-Zélandaise Lydia Ko est devenue la plus jeune vainqueur d’un Majeur féminin. Celle qui a déjà établit nombre de records a survolé le dernier tour après avoir été en embuscade toute la semaine pour gagner son premier tournoi du Chelem. Sa classe, son talent et sa bonne humeur ont fait le reste sur les dix derniers trous le dimanche, pour terminer six coups devant sa poursuivante, la tout aussi jeune Lexi Thompson (USA). Dans un tournoi où l’on attendait beaucoup d’Inbee Park (vainqueur du Rolex Annika Major Award avant même l’ultime Majeur), c’est donc finalement sa plus probable héritière qui a pris le flambeau. Comme un possible passage de relais pour les années à venir…


Gagner un majeur à n'importe quel âge est déjà formidable. Mais être la plus jeune, c'est cool ! J'ai encore du mal à croire que je me suis fait un petit nom dans l'histoire du jeu. Déjà, faire une journée à huit sous le par en temps normal… Mais dans un dernier tour d'une épreuve du Chelem, jouer si bien dans pareilles conditions, c'est le rêve. Lydia Ko

2016

In-Gee Chun n'aura pas tremblé une seconde pour remporter l'Evian Championship 2016. En tête de bout en bout du tournoi, la Coréenne de 22 ans s'empare de son deuxième titre du Grand Chelem, après l'US Open 2015. Chun possède désormais deux tournois du LPGA à son actif : deux Majeurs !

Le podium du 23e Evian Championship est 100 % Coréen. Sung Hyun Park et So Yeon Ryu se partagent la deuxième place à dix-sept sous le par, quatre coups derrière la gagnante. La Chinoise Shanshan Feng, l'une des favorites au début de la semaine, après sa belle prestation à Rio (médaille de bronze), prend la quatrième place. Signalons aussi que cinq Coréennes occupent les six premières places du classement final. Pour autant, In Gee Chun est la première Coréenne à s'imposer en Majeurs lors de la saison 2016.

"J'ai présentement l'impression de vivre un rêve. Je savais que le record du score le plus bas par rapport au par était de moins 19. Cela m'a mis un peu de pression supplémentaire ce dimanche. Mais j'ai besoin de cette pression. Sans elle, j'ai tendance à m'ennuyer sur le parcours. De nouveaux objectifs désormais ? Laissez-moi un peu de temps ! Pour l'instant, je suis simplement très heureuse!"