Revenir à la liste

Actualités

Cinq majeur du cinquième majeur

Partagez cet article

En golf, plus que dans d’autres disciplines, il est toujours délicat de s’engager sur un pronostic avant le départ d’un tournoi. Mais parmi les cinq joueuses choisies ici, il serait surprenant de ne pas en retrouver au moins une dimanche après-midi dans la course au titre de l’Evian Championship 2017.

 

So Yeon Ryu

En s’imposant en début de saison à l’ANA Inspiration, la Coréenne de 27 ans a mis fin à près de six années de quêtes infructueuses dans le Grand Chelem et trois saisons sans victoire. Revenue à son meilleur niveau, et sans doute l’une des championnes de classe mondiale les plus régulières (elle n’a manqué que huit cuts sur près de 140 depuis son arrivée sur le circuit américain en 2012, deux seulement en Majeurs !), So Yeon Ryu a déjà terminé en 2017 à dix reprises parmi les dix premières, et s’est  hissée en tête du classement mondial au début de l’été. Force tranquille du golf féminin coréen, Ryu avait pris l’an dernier la deuxième place de l’Evian Championship.  

 

Sung Hyun Park

Dernière révélation en date du golf coréen, et d’ores et déjà « rookie » de la saison 2017 sur le LPGA, Sung Hyun Park est entrée dans le club des lauréates du Chelem en remportant cette année l’US Open. Deux autres titres, le dernier le 24 août au Canada, et 7 Tops 10 depuis la saison lui permettent de devancer sa compatriote So Yeon Ryu à la Money List américaine avant le dernier rendez-vous majeur de la saison. Park, deuxième ex-aequo (avec… So Yeon Ryu) l’an passé sur les rives du Léman, fait figure d’épouvantail. Comme sa compatriote, c’est une des plus sérieuses prétendantes au Rolex Annika Major Award.

 

Brooke Henderson

Elle vient juste de fêter ses 20 ans (le 10 septembre) et incarne, aux yeux des observateurs, le futur du golf féminin. Mais elle en est aussi le présent ! Brooke Henderson n’aura en effet pas eu à attendre longtemps avant de graver son nom sur les tablettes du Grand Chelem : en juin 2016, elle battait Lydia Ko en barrage du KPMG Women’s PGA Championship, à Seattle. Et il s’en est fallu de peu en 2017 que la Canadienne, une semaine après avoir remporté le quatrième succès de sa jeune carrière au Meijer LPGA Classic, ne conserve ce titre Majeur, ne s’inclinant que d’un coup face à l’Américaine Danielle Kang.

 

Lexi Thompson

On ne reviendra pas sur le malheureux incident qui lui a coûté la victoire en début de saison, à l’ANA Inspiration (une balle mal replacée sur un green, une pénalité de quatre coups concédée alors qu’elle menait le tournoi à six trous de la fin), premier rendez-vous majeur de l’année. Les larmes de Lexi Thompson, finalement battue en play-off par la Coréenne So Yeon Ryu, ont fait le tour de la planète golf. Mais l’Américaine, toujours à la recherche d’une deuxième victoire dans le Chelem, trois ans après la première, semble avoir digéré ce coup dur. La preuve, pas plus tard que le weekend dernier, avec sa victoire lors de l’Indy Women In Tech Championship.
Thompson, toujours très à son aise à Evian, a décroché à deux reprises une place sur le podium de l’épreuve ces quatre dernières années : troisième en 2013, elle fut dauphine de l’intouchable Lydia Ko en 2015.

 

 

Lydia Ko

Même si elle a semblé sérieusement marquer le pas cette saison, notamment dans les Majeurs, malgré une seconde place lors de l’Indy Women In Tech Championship, la jeune Néo-Zélandaise, qui n’a plus remporté la moindre victoire sur le circuit depuis juillet 2016 et perdu sa place de numéro 1 mondiale au début de l’été (après deux années et demie de présence ininterrompue au sommet), ne peut être exclue de la liste des candidates à la victoire de cette cuvée 2017 de l’Evian Championship. Ko a remporté le tournoi en 2015, sans doute la meilleure saison de sa jeune carrière (cinq victoires). Et c’est aussi à Evian qu’elle se révéla au public français en 2013, en tenant jusqu’au bout la dragée haute à la Norvégienne Suzann Pettersen.

 

In Gee Chun

Si elle n’a pas remporté le moindre succès jusqu’ici en 2017, la tenante du titre de l’Evian Championship a accumulé cette année cinq places de dauphine, la dernière pas plus tard qu’il y a quinze jours, à Portland, une semaine après avoir terminé sur la troisième marche du podium à l’Open du Canada. C’est donc dans un très bon état de forme que la Coréenne revient à Evian où, à l’exception de Laura Davies en 1996 (époque « préhistorique » où l’épreuve n’était pas plus intégrée au calendrier de la LPGA qu’estampillée majeure) aucune championne n’est jamais parvenue à réaliser le doublé.