Revenir à la liste

Actualités

Bye Ai

Partagez cet article

Ai Miyazato : "Ne pas être submergée par l'émotion"

Deux fois vainqueur de l'Evian Championship en 2009 et 2011, la championne japonaise Ai Miyazato, 32 ans, a décidé de prendre sa retraite après une ultime apparition cette semaine sur les bords du Léman.

Ai, vous avez annoncé il y a quelques mois votre retraite et l'Evian Championship 2017 est votre tout dernier tournoi. Aucune chance de vous faire revenir sur votre décision ?

Non (rires).

Vous avez déclaré un peu plus tôt dans la saison que vous aviez l'impression d'avoir perdu un peu de votre motivation, ce qui explique votre décision.

Ce qui est paradoxal, c'est que j'ai pris ma décision d'arrêter l'année passée, et savoir que mon temps était désormais limité sur le circuit m'a redonné de la motivation. Mon rapport au jeu s'est simplifié. Ce qui explique peut-être le fait que je joue bien et que je me sens compétitive actuellement. D'ailleurs, j'espère bien l'être cette semaine ! Je veux jusqu'au dernier moment rester concentrée, et prendre du plaisir jusqu'au dernier putt.

Qu'allez-vous le plus regretter une fois partie ?

Toutes mes amies, d'abord. Nous sommes une famille sur le LPGA, nous voyageons ensemble. J'ai noué beaucoup de relations fortes depuis  dix ans. Et puis jouer de grands et beaux parcours partout dans le monde va me manquer.

Vous êtes une grande star au Japon. Pouvez-vous nous parler de l'époque ou la pression fut la plus forte dans votre pays ?

Il y a du bon et du moins bon dans le fait d'être très connue et de susciter beaucoup d'attentes. Je suis arrivée jeune au plus haut niveau. Drainer pareille attention me poussait à me surpasser. Ce qui m'a permis de devenir numéro 1 mondiale. Mais lorsque j'ai ensuite connu une période de creux, cela fut bien entendu plus compliqué. Il faut apprendre à accepter ces périodes où les choses ne tournent pas dans le bon sens.

Vous étiez dans la même partie que Lorena Ochoa lorsqu'elle a fait ses adieux...

Oui, j'y pensais, justement. Ce fut un honneur de partager cette partie. Lorena a pris sa retraite car elle voulait consacrer plus de temps à sa famille. Je ne suis pas dans la même situation qu'elle : comme je vous l'ai dit, c'est un déficit de motivation qui me pousse à me retirer. Mais comme pour Lorena, que j'ai vue en larmes dans ses derniers instants sur le parcours, le plus délicat pour moi cette semaine sera de ne pas être submergée par mes émotions.

Quel est le meilleur souvenir que vous conserverez d'Evian ?

Ma première victoire en 2009. Ce fut un moment très spécial pour moi. Je venais de connaître quatre saisons difficiles depuis mon arrivée sur le LPGA Tour. Le souvenir de ce succès ici restera à jamais gravé dans ma mémoire. Ce dernier putt, j'étais presque incapable de le jouer, tant mes mains tremblaient !

Ai Miyazato : biographie express

Née en 1985, originaire de la région d'Okinawa, Ai Miyazato a intégré  les rangs professionnels en 2004. Après avoir signé une quinzaine de victoires au Japon, elle rejoint le LPGA Tour en 2006. Après trois saisons en demi-teinte, la Japonaise obtient enfin sa première victoire sur ce circuit en 2009 à l'Evian Masters, en battant en play-off la Suédoise Sophie Gustafson. 2010 est sa grande année : elle s'impose à cinq reprises (quatre de ces victoires interviennent lors des dix premiers rendez-vous de la saison LPGA) et atteint la première place mondiale. Elle grave à nouveau son nom sur le trophée de l'Evian Masters en 2011. Elle lui permet de remporter l'Ordre du mérite du Ladies European Tour, bien qu'elle n'y ait joué que deux tournois. Ai Miyazato a signé ses deux dernières victoires sur le circuit américain en 2012. Elle compte 25 victoires à son palmarès. 

So Yeon Ryu : "J'ai appris la décision d'Ai au Volvik Championship dans le Michigan. J'étais à deux doigts d'en pleurer. Quand j'étais gamine, Ai était une de mes idoles. Ma première rencontre avec elle date de 2009 lors d'un match Japon-Corée disputé à Okinawa. Je m'en souviens comme si c'était hier."

Lexi Thompson : "Ai, c'est la fille la plus chouette du monde ! Elle va beaucoup manquer au Tour. J'ai eu l'occasion de partager bien des parties avec elle. Ce n'est pas seulement une grande joueuse, c'est quelqu'un d'admirable dans son comportement sur le parcours et dans son attitude face aux aléas du jeu."